Pages

Dans la forêt

Coté travail manuel voici ce que j 'aime bien faire.
Des petites sculptures en fil kraft armé et papier fixés sur un bout de bois.


Vernon Subutex - 1- Despentes.

Vernon Subutex était disquaire.
Sa vie s'était la musique, les copains, les femmes, l’alcool, la drogue.
Maintenant il a la cinquantaine, mais sa vie est une vraie débâcle.
Son monde s'écroule quand il se retrouve à la rue.
Plusieurs de ses copains ont disparu.
Même Alex Bleach , l'ex chanteur qui était devenu une vedette est mort.
 Mais Vernon possède  un entretien exclusif d'Alex Bleach.
Un entretien qui devient l'objet de convoitises.
Vernon, devenu SDF cherche à se loger chez les uns et les autres.
Toute une série de personnages défilent.
Il y en a beaucoup.
C'est à s'y perdre.
C'est long.
Je commence à me lasser , à lire en travers.
L'intrigue n'avance pas.
Je continue tout de même ma lecture.
Je ne sais  pas si je lirai le tomme deux.
Je n'ai pas très envie de me replonger dans le milieu de tous ces personnages bien sombres.
Mais tout de même , Vernon Subutex m'intrigue.

Le journal de ma disparition - Camilla Grebe

"Je réfléchis à tout cela et à la fugacité frustrante de la vie.
Une crotte de mouche au milieu de l'éternité, avant que l'obscurité ne nous engloutisse".

Une fillette retrouvée morte.
Une femme retrouvée ensevelie au même endroit des années plus tard.
Une enquête de police à travers essentiellement deux personnages :
Malin , devenue flic, appelée sur les lieux du crime car c'est l'enfant du pays. Elle connait tout le monde , mais veut fuir également son passé.
Et Jake un jeune ado qui a bien des choses à cacher.
Puis il y aussi Hanne, l'amnésique.
Dans ce village perdu au fin fond de la Suède tout semble si morne,  sinistre. Ici les forêts font plutôt peur.
Un camp de réfugiés non loin du village.
Qui est impliqué dans ces meurtres ?
J'accroche immédiatement à cette lecture se termine par  une fin absolument inattendue.
J'aime être surprise. De ce coté là donc pas de déception.
A lire.

La punition qu'elle mérite - Elisabeth George

C’est vrai qu’ Elisabeth George nous entraîne  souvent dans des histoires bien longues. Là aussi c’est la cas mais contre toute attente je ne me suis pas ennuyée.
Il s’agit d’une enquête policière suite à un meurtre  mais pour moi celle-ci est passée en second plan. Même si j’ai aimé suivre les investigations menées par Barbara Havers et Thomas Lynley j’ai encore plus accroché  aux drames de ces mères de familles dominatrices. Elles exercent des  pressions sur leur entourage, il y a des tensions , des non-dit, des rivalités. Les conséquences en sont désastreuses.
C’est le tableau d’une société dure et sans concession . Les personnages sont peu sympathiques,  certains même vraiment désagréables.  Pour ne pas la citer je mettrai en premier  la commissaire de police alcoolique, ou encore la doctoresse qui veut imposer ses volontés à ses enfants.  Mais ils sont cependant intéressants à suivre, à découvrir.

L'amour et les forêts - Eric Reinhardt

"C'est-à dire que les années passent, l'eau coule, les années passent, l'eau coule, et au moment où tu réalises que ces années ont passé tu t'aperçois que tu n'a rien vécu, ou peu, ou pas suffisamment, et tu t'en veux : tu dis merde, j'aurais dû faire un peu attention, la facture est de dix années mais j'ai vécu trois trucs marquants, le reste eh bien, relève de la fuite d'eau, du robinet laissé ouvert"

Cela débute par la rencontre d'un auteur avec une  lectrice. Elle est professeur de français et a écrit une lettre très touchante à l'auteur à propos de son dernier livre.  De fait il accepte de la rencontrer. Elle s’appelle Bénédicte Ombredanne et de fil en aiguille lui raconte sa vie, son histoire.
C'est une femme harcelée de manière incessante par son mari . Un soir, sur un coup de tête  elle s'inscrit sur Meetic. Elle rencontre un homme, elle trouve l'amour. Bénédicte s'est offert cet échappatoire une seule fois . Une journée mémorable pour elle mais aux conséquences désastreuses qui vont durer  jusqu’à la fin de sa vie.
Son mari la harcelant de plus en plus.

j'avais envie de secouer Bénédicte, me demandant pourquoi elle restait là , sans rien faire , a subir.
Une histoire bien triste qui présente quelques longueurs aussi.

Le cri - Nicolas Beuglet

L'inspectrice Sarah Geringën est appelée par un hôpital  psychiatrique car un patient vient de se donner la mort en s'étranglant lui même.
Mais après de rapides interrogatoires elle en vient en conclure qu'il s'agirait d'un meurtre.
Son intervention sur les lieux va malheureusement entraîner la destruction de l’hôpital et cela va être pour elle le début d'un enquête hors norme. 
 . C'est avec Christopher, lui aussi impliqué dans l'affaire, qu'elle va devoir faire équipe . La vie d'un enfant étant en jeu Sarah et Christopher doivent faire face à un ultimatum , une course contre la montre commence.
Sarah Geringën est en pleine tourmente, son couple part à la dérive est elle sujette à des crises d'angoisses. C'est à corps perdu qu'elle se lance dans cette enquête,  pour ne pas sombrer.

 Au delà des personnages, qui en fait, ne m'ont pas touché,   c'est surtout le fond de l'intrigue qui donne toute sa force au roman. Car on pénètre ici  dans l'inimaginable.
 Il y est question d'expériences humaines, de  cerveau, de peur,  d'un cri ,(le plus inhumain qui soit) mais il est aussi question de l'âme, et de la vie après la mort. Résultat de tout ce méli-mélo incroyable  les pages tournent très vite .
Par curiosité j'ai tout de même été voir ce qui est dit sur les expérimentions secrètes du projet M.K.Ultra, c'est surprenant.


Conquérant de l'impossible - Mike Horn

"J'ai faillit mourir dans de l'eau glacée, j'ai senti les crocs des ours polaires contre mon visage, j'ai survécu à des températures de - 60°C; j'ai eu les doigts , la figure et même les poumons gelés, L'Arctique est sans pitié . Tout ce que j'ai affronté était nouveau pour moi. Je n'ai trouvé le courage de surmonter certaines épreuves que parce que j'ignorais les souffrances qu'elles représenteraient".


Comment ne pas être impressionnée devant un tel exploit : à savoir le tour  du cercle polaire Arctique sur une période de 23 mois.
C'est à peine croyable et pourtant il l'a fait.
Des températures extrêmes aux problèmes administratifs il a tout enduré, tout supporté.
Une expédition folle, faite parfois au péril de sa vie. Mais Mike Horn a aussi bénéficié   de l'aide efficace de son entourage proche qui a été toujours là  au moment où il fallait. Peut_être aurait-il échoué alors sans tout ça ? Mais ceci n'enlève pas cela : Il est avant tout un homme courageux et persévérant.
Un témoignage rare, et  une lecture forte. Les pages tournent vite , j'ai complètement été happée par ce récit d'une intensité exceptionnelle.


"Cette bataille presque perdue m'a laissé des séquelles, car je m'interroge pour la première fois depuis longtemps : pourquoi insister ? Pourquoi m'obstiner à m'infliger tout ça ? Personne ne vit ni ne voyage ainsi, dans le noir, dans la tempête , par ces froids inhumains. Alors pourquoi moi ?
"Je suis un homme ordinaire qui fait des choses... sortant de l'ordinaire".




Conquérant de l'impossible- Mike Horn- Poche-2005-

Un peu beaucoup, à la folie- Liane Moriarty-

Le point d’orgue de cette histoire se déroule « le jour du barbecue », ce fameux jour qui a changé leurs vies à tous.Pourquoi? c’est la question que je me suis posée pendant une bonne partie de ma lecture. Pour moi tout le suspense était là.
Mais revenons aux faits. Ce jour là trois couples sont réunis pour un barbecue. Ce devait être une belle journée mais ce jour là aussi un accident arrive.
Ces trois couples sont Erika  et Oliver, puis Clementine et Sam et enfin les hôtes, Vid et Tiffany.Erika et Clementine sont des amis d’enfance qui se connaissent bien et dont chacune semble avoir une vie de couple réussi, épanoui.
Mais au matin de barbecue Erika fait une demande particulière à son amie.Je ne vous dévoilerai pas laquelle pour garder un minimum de suspense.(Déjà qu’il n’y en a pas beaucoup.)
A partir de cette journée les choses changent. Les relations des uns avec les autres ne sont plus les mêmes. Il est question aussi des mères dont celle d’Erika qui est un cas , c’est une accumulatrice.
Ici les relations sont basées sur des faux-semblants et en montre les limites .
Au final, si j’ai aimé une première partie de ma lecture , me demandant sans cesse mais que s’est-il passé ce jour là? .Une fois le voile levé sur cette question j’en suis venue à me lasser peu à peu, ne trouvant plus le piment de cette histoire , je suis tombée dans l’ennui.



La quiche fatale, Agatha Raisin - M.C. Beaton

Je n’ai pas trouvé cette Agatha Raisin franchement sympathique mais j’ai tout de même passé un agréable moment de lecture. Juste pour me détendre , sans me prendre la tête..
J’ai donc rencontré ici Agatha Raisin pour la première fois . Elle prend sa retraite , quitte Londres et part s’installer dans un petit village dans lequel elle vient juste d’acquérir un superbe petit cottage . Un De ceux dont elle avait toujours rêvé. Mai la vie n’est aussi idyllique qu’elle le pensait. Elle n’est pas accueillie par tous les villageois de façon très chaleureuse et de plus elle s’ennuie ferme. La situation devient critique quand un homme meurt empoisonné, après avoir mangé la quiche d’Agatha Raisin.
Une petite intrigue s’installe dévoilant ainsi le vrai caractère (pas toujours facile) de l’héroïne.

Agatha Raisin , La quiche fatale.- M.c Beaton- Albin Michel-2016

Il est grand temps de rallumer les étoiles - Virginie Grimaldi

"Imaginez. Une anse bordée de petites maisons rouges sur pilotis qui se reflètent dans l'eau foncée, des jardins soignés ceints de barrières blanches, des toitures vertes, des bateaux de pêche attachés à des pontons et une forêt de sapins qui encercle l'ensemble comme des bras protecteurs, le clapotis de l'eau, les chants des oiseaux, du vent dans les cimes, l'odeur de résine : le lieu appelait à la sérénité."

Lire Il est grand temps de rallumer les étoiles c'est se plonger essentiellement dans un voyage en camping car direction la Scandinavie voir les aurores boréales. Mais ce voyage n'avait rien d' idyllique au départ. Il est organisé pas Anna , une femme surendettée qui, voyant sa famille partir à la dérive , décide de faire ce voyage   avec ces deux filles. L'une a 17 ans, c'est Chloé une adolescente à problème , l'autres c'est Lily une collégienne .





Un voyage marqué par des rencontres , des superbes paysages, et un journal bourré d'humour  tenu quotidiennement par la cadette. Si ce voyage ne résout en rien les problèmes d'Anna il va laisser des  souvenirs indélébiles à toute la famille.
Un coup de cœur pour moi, une lecture qui fait du bien.

Sharko- Franck Thilliez

« Les secrets sont lourds à porter mais la culpabilité l’est davantage, elle est pire que l’acide ».
D’entrée le prologue met le lecteur devant une scène sanguinaire. Je me pose aussitôt la question de savoir si je continue ou pas cette lecture. Je passe néanmoins au premier chapitre juste pour voir.
Et bien sur je suis prise dans les mailles du filet tendu par Thilliez.
Je tombe sur une scène ou Lucie Hennebelle, flic au 36 quai des Orfèvres, tue un homme , en état de légitime défense certes , mais hors de toute procédure légale. Ceci pourrait l’amener en prison. De fait , son compagnon Sharko, lui aussi flic au 36, maquille le meurtre, change la scène du crime pour éviter de compromettre Lucie.
Le suspense commence. Vont-ils se faire prendre ? la brigade du quai des Orfèvres va-t-elle découvrir qui est le véritable auteur de ce crime? Dans tous les cas la victime n’est pas banale. On retrouve chez lui des sangsues et autres bizarreries . Commence alors une enquête qui va les plonger dans tout ce qu’il y a de plus morbide .
Je ne m’éternise pas sur les scènes trop gores, je lis en travers, mais je vais jusqu’au bout tout de même car le suspense est là effectivement. Je met toutefois Thilliez de coté n’ayant pas apprécié le coté vraiment très  gore de cette lecture.
Sharko de Franck Thilliez-2017-

L'archipel du Chien - Philippe Claudel -

« La plupart des hommes ne soupçonnent pas chez eux la part sombre que pourtant tous possèdent. Ce sont souvent les circonstances qui la révèlent, guerres, famines, catastrophes, révolutions, génocides. Alors quand ils la contemplent pour la première fois, dans le secret de leur conscience, ils en sont horrifiés et ils frissonnent. »
je n’ai jamais été déçue par aucune lecture de Philippe Claudel et celle-ci n’échappe pas à cette règle.
L’histoire, plutôt courte, se résume ainsi:
Tout commence par la découverte, sur une plage de l’île, des corps de trois africains. Sont présents sur les lieux le maire, le curé, le docteur, l’instituteur, l’ancienne institutrice, et deux autres villageois.
Le maire prend alors la décision de ne pas avertir les autorités et de faire disparaître les corps de manière à ce qu’ils ne soient jamais découverts. Des enjeux financiers importants pour la commune pourraient être compromis.
Les corps sont jetés dans un trou avec l’aide des autres protagonistes. Seul , l’instituteur tente de s’opposer au maire, en vain.
Un peu plus tard, l’arrivée d’un commissaire au comportement outrancier  vient semer le trouble, le doute.
A la suite de cela plus rien désormais ne sera comme avant.La nature elle même ,semble se rebellait contre les villageois.
C’est une petite communauté confrontée aux destins tragiques des migrants : une histoire percutante.

Le vallon - Agatha Christie

— [...] J’ai invité Monsieur Crime à déjeuner dimanche. Ça fera diversion, tu ne crois pas ?
— Monsieur Crime ?
— Le crâne d’œuf.


Lire Le Vallon c'est trouver bien sur au centre de l'histoire un meurtre. La victime est un médecin retrouvé assassiné au bord d'une piscine dans une superbe propriété qui appartient à une famille extrêmement  bourgeoise. 


Un cercle de personnages restreint, peu sympathiques. Ils m'ont beaucoup énervés, dans leur dialogues et leurs comportements. De fait j'ai eu alors très peu d’intérêt pour l'intrigue .

Les gratitudes - Delphine de Vigan

C’est une petite lecture courte  dont l’héroïne est  Michka , une vielle dame qui vient de rentrer dans un ehpad.
Autour d’elle il y a Marie, une jeune femme, et l’orthophoniste Jérôme.
Michka a de plus en plus de mal à parler, mais arrive encore tant bien que mal à exprimer ses idées et surtout son  désir de retrouver le couple qui l’a sauvé   quand elle était enfant.
Pour elle il est très important de pouvoir les remercier avant qu’il ne soit trop tard, avant de partir.
Une lecture sur la vieillesse, l’accompagnement, la fin de vie et le pouvoir d’exprimer sa reconnaissance envers ceux dont on est redevable.
Malheureusement sur le fond je n’ai pas vraiment été transportée , pas franchement touchée  par les personnages , le contact n’est pas passé, tout cela me semblant trop caricatural . Mais beaucoup de  phrases sont là , qui donnent envie de les noter :
– « On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses, et puis soudain c’est trop tard. On croit qu’il suffit de montrer, de gesticuler, mais ce n’est pas vrai, il faut dire. »
-Mais il faut bien qu’on cache des petites choses, vous comprenez ? Pour être vivants. Il faut bien qu’on puisse faire des petites choses tout seuls dans notre coin, des petites choses légèrement interdites, et fermer notre porte quand on a besoin d’être tranquilles »
-Vieillir, c’est apprendre à perdre. Encaisser , chaque semaine ou presque, un nouveau déficit, une nouvelle altération, un nouveau dommage. Voilà ce que je vois. Et plus rien ne figure dans la colonne des profits.
-Pourquoi dites-vous « les personnes âgées » ? Vous devriez dire « les vieux ». C’est bien « les vieux ». Ça a le mérite d’être fier. Vous dites bien « les jeunes », non ? Vous ne dites pas « les personnes jeunes » ?
Les gratitudes- Delphinede Vigan- Editions Lattes-2019.

Les sept mariages d'Edgar et Ludmilla - J.C. Ruffin

"Qu'un chef d'entreprise gagne beaucoup d'argent, cela peut le faire connaitre mais ne le rend pas sympathique pour autant . Lorsque ses moyens servent le sport, lorsqu'il se montre capable de gagner sur ce terrain-là et particulièrement dans des sports populaires, il devient aussitôt une icône pour le grand public. Faire la une des Échos, c'est la notoriété ; faire la une de L'Équipe, c'est la gloire."
"   les grands naufrages, paraît-il , s'annoncent par d'imperceptibles craquements tandis que l'on continue à danser sur les ponts."
Résumé couverture :
"Sept fois ils se sont dit oui. Dans des consulats obscurs, des mairies de quartier, des grandes cathédrales ou des chapelles du bout du monde. Tantôt pieds nus, tantôt en grand équipage. Il leur est même arrivé d'oublier les alliances. Sept fois, ils se sont engagés. Et six fois, l'éloignement, la séparation, le divorce... Edgar et Ludmilla... Le mariage sans fin d'un aventurier charmeur, un brin escroc, et d'une exilée un peu "perchée", devenue une sublime cantatrice acclamée sur toutes les scènes d'opéra du monde. Pour eux, c'était en somme : "ni avec toi, ni sans toi". A cause de cette impossibilité, ils ont inventé une autre manière de s'aimer. Pour tenter de percer leur mystère, je les ai suivis partout, de Russie jusqu'en Amérique, du Maroc à l'Afrique du Sud. J'ai consulté les archives et reconstitué les étapes de leur vie pendant un demi-siècle palpitant, de l'après-guerre jusqu'aux années 2000. Surtout, je suis le seul à avoir recueilli leurs confidences, au point de savoir à peu près tout sur eux. Parfois, je me demande même s'ils existeraient sans moi", Jean-Christophe Rufin.
Mon avis:
Un couple hors du commun. Tous les deux  partis de rien  deviennent riches et célèbres chacun dans son domaine.
Lui, réussit dans les affaires à l'image de Bernard Tapie . Elle, dans le chant lyrique , on la compare à La Callas.
De mariages en divorces on les suit dans toutes les étapes importantes de leurs vies, au fil des années et d'une  société qui bouge, qui évolue.
Du mariage blanc au mariage d'amour en passant par un mariage pour les médias tout ceci a  attisé ma curiosité tout le long mais avec toutefois un brin de lassitude vers la fin. Cela reste cependant plaisant à lire.

Voyageur sous les étoiles - Alex Capus

Quatrième de couverture:
Et si Robert Louis Stevenson (1850-1894) avait réussi à trouver dans la vraie vie ce que les personnages de L'île au trésor cherchent si désespérément ?
La biographie de l'écrivain écossais recèle en effet des mystères jamais élucidés : en 1889, Stévenson s'installe avec son épouse Fanny Osbourne sur les îles Samoa.
On a longtemps cru que le choix de ces contrées lointaines été motivé par le climat, l'écrivain voyageur souffrant depuis sa jeunesse de multiples affections pulmonaires.
Or, du point de vue de la santé de Stévenson, ce séjour fut catastrophique, puisqu'il se solda par sa mort prématuré en 1894.
Sur le plan matériel, ce fut l'inverse : tout lui réussit. Pourtant, d'après Capus, ce ne sont ni les droits d'auteur ni un héritage qui aurait pu financer ce train de vie dispendieux...
Mais alors, est-il possoble que Stévenson ait pris la chasse au trésor au pied de la lettre.
Pourquoi j'ai aimé ce livre :
J'ai pris du plaisir à lire ce livre qui m'a fait découvrir des îles, voyager. J'ai aimé également les passages évoquant l'écriture   du célèbre livre de Stevenson : L’île au trésor. Quand l'auteur trouve son inspiration ou pas.
J'ai également apprécié les récits d'aventuriers et autres chercheurs d'or, des gens peu ordinaires.
Un livre dépaysant mais pas seulement.

Le chant de l'assasin - R.J. Ellory


"Il faut être capable de beaucoup de distance pour admettre que les accidents de la vie et les coïncidences sont de votre fait, mais s’il avait eu à choisir entre l’acceptation et le refus, Henri aurait penché du coté de la première.

Même si ce genre de chose était le fruit du hasard et non de quelque décision ou action de votre part, le simple fait d’en endosser la responsabilité vous incitait à agir pour y remédier au lieu de pester et d’enrager."

Henry , à sa sortie de prison doit remettre une lettre à la fille de son ancien compagnon de cellule. Il va s'attacher, envers et contre tous  à tenir sa promesse.

A travers ses recherches on découvre l'histoire bien sombre de deux frères.

 Il y a là des personnages qu'on aime d'autres qu'on déteste, dans tous les cas personne ne nous laisse indifférent. A partir de là on veut savoir ce qu'ils vont devenir, pourquoi en sont-ils arrivé là, comment ? et à quel prix ? 

C'est très prenant dès les premières pages .

La sorcière - Camilla Läckberg



"La première chose qui a lieu après l'arrestation d'une sorcière est l'épreuve de l'eau. Nous la jetons à l'eau, pieds et poings Liés.
- Et ensuite ?
Britta se pencha en avant. Elle semblait trouver le sujet passionnant.
Si elle flotte, c'est une sorcière. Seules les sorcières flottent, c'est connu de longue date. Si elle coule, elle est innocente. Mais je suis fier de dire que jusqu'à présent, nous n'avons jamais accusé à tord une femme innocente. Elles ont toutes flottées comme des oiseaux. Et par la là révélé leur vrai nature. Mais ensuite, elles ont naturellement la possibilité  d'avouer , et ainsi d'obtenir le pardon de Dieu.
Au centre de l'histoire il y a les meurtres de deux petites filles. Trente ans les sépare l'un de l'autre. Mais le meurtre de la seconde fait resurgir des doutes sur les coupables du premier meurtre.
 Autour des victimes gravitent beaucoup de personnages . Trop à mon gout.  C'est à s'y perdre . 
 Les chapitres s’enchaînent passant d'un personnage à l'autre , alors qu'il ne se passe rien. C'est long , cela traîne malgré un certain suspense.  

Une déception.

Cinq petits cochons - Agatha Christie

"— Vous êtes en train de vous demander si je suis un charlatan ou bien l’homme qu’il vous faut. [...]
Eh bien oui… en quelque sorte. C’est que vous… je ne vous voyais pas exactement comme ça, monsieur Poirot. — Je suis plus âgé, n’est-ce pas ? Plus âgé que vous ne l’imaginiez ? — Oui, il y a ça aussi.  Vous voyez que je suis franche. Je veux – il me faut – le meilleur détective. — Alors soyez rassurée, dit-il. Je suis le meilleur ! — Ce n’est pas la modestie qui vous étouffe[...]. Et pourtant… je serais tentée de vous prendre au mot. — Il n’y a pas que les muscles qui comptent, fit benoîtement Poirot. Je n’ai pas besoin de me mettre à quatre pattes pour examiner les traces de pas, moi. Ni de ramasser les mégots ou examiner les brins d’herbe. Il me suffit de m’installer dans mon fauteuil et de réfléchir. C’est ça (il tapota son crâne en forme d’œuf) mon instrument de travail !"

Vous connaissez ce cher Hercule , il est comme ça . Peu modeste mais très efficace.
C'est sur une affaire vielle de seize ans que le célèbre détective enquête, sur l'empoisonnement d'un peintre . Sa vie dissolue est-elle la cause de sa perte ? Est-ce réellement sa femme qui l'a tué ? D'après les cinq témoignages et récits des protagonistes présents le jour du meurtre, il va en déduire que l'assassin est...
A  (re)  lire .

J'ai dû rêver trop fort - Michel Bussi

Je n’ai pas du tout adhéré à cette  lecture.
Il s’agit d’une histoire d’amour entre une hôtesse de l’air et son ancien amant , un musicien. Sous la forme d’allers et retours entre passé et présent, un parallèle est fait entre sa vie actuelle et sa vie d’avant.
Lors d’un vol vers Montréal, Nathalie est troublée par toute une série de coïncidences qui la ramène  étrangement vingt ans en arrière, au jour de sa rencontre avec son ancien amant. Une succession de journées toutes aussi remplies de coïncidences, vont lui rappeler son histoire passé.
Pourquoi je n'ai pas aimé ce livre :
Au fur et à mesure l’histoire se déroule, de plus en plus improbable pour moi. Je n’y ai pas cru, je ne suis pas touchée ni par l’histoire , ni par les personnages. S’ajoute à cela  au bout du compte, la découverte d’un pacte passé entre Nathalie et son ancien amant qui m’a complètement déconcerté.( un homme qui aime une femme ne peut  lui demander de faire un tel sacrifice.)
Je lis certains passages en travers pour en finir au plus tôt avec cette lecture visiblement pas faite pour moi.

Les disparus du phare - Peter May

Avant toute chose il est bon de savoir que toute cette histoire n’a qu’un lien très étroitavec ces fameux disparus du phare.
Il s’agissait alors dans les années 1900 de trois gardiens de phare ayant disparu sans laisser de traces. Un homme se réveille sur une plage en ne sachant plus où il est ni qui il est .
Une jeune fille ado quant à elle, décide de tout plaquer pour partir à la recherche de renseignements sur son père disparu.
 Il est très facile et prévisible de faire le lien entre les deux mais l’intrigue reste cependant accrocheuse. Un autre personnage se remarque aussi , c’est celui de l’inspecteur Gunn, car bien sur il y a aussi un meurtre.

Et c’est de plus une belle balade en écosse , on ne reste pas insensible à ses décors sauvages et pittoresques . Alors même si je n’ai pas trouvé ce que j’attendais, cette lecture ne m’a pas déçue pour autant .

Soeurs - Bernard Minier

« A votre avis, est-ce j’ai tout inventé ou est-ce que cette histoire est vraie, capitaine ? Vous voyez : c’est ça, l’art du conteur. Faire naître cette terrible proximité qui vous fait accompagner, aimer et regretter les personnages, souffrir avec eux, se réjouir, trembler avec eux… Pourtant, ce ne sont que des mots. »
L’histoire: Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres. Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante. Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?…
L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle. Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession. Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ? Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire. »


Mon avis : Une longue enquête dans laquelle on ne s’ennuie pas du tout . Il est question d’un célèbre auteur, de ses livres , de ses fans , on y croise aussi des serpents . Et Servaz est bien attachant aussi. Un bon polar à lire .

Bonjour

Bienvenue sue mon blog où vous trouverez essentiellement mes lectures , mes aussi d'autres activités plus manuelles et que j'aime tout autant.